Résidence d’Aurore Aulong

Mars 2021 / Février 2021 / Janvier 2021 / La réalisatrice en résidence à Obro pour son prochain film.

« Objet : Réalisation d’un film pour et avec les lycéens du Pôle des arts graphiques de Nantes.
Sujet : Le sujet, c’est eux. Qui ils sont, comment ils aiment, ce qu’ils aiment. Ce qu’ils aimeraient devenir. Dans une période trouble, où les comportements sociaux sont contraints, peu naturels. Dans le contexte où ils évoluent chaque jour, à l’école, dehors, en rentrant chez eux.
À l’origine de ce projet, il y a une rencontre empêchée. Et la volonté de ne pas céder à la frustration. Je suis prof en lycée, mutée cette année dans un nouvel établissement. En pleine période COVID. J’ai découvert en septembre des jeunes qui sont masqués, dont je ne perçois que le regard, plus ou moins expressif. 
Leurs visages, je ne les connais pas et ne les connaîtrai probablement jamais car ils passeront leur bac dans ces conditions de distanciation sociale.
Je perçois des bribes de leurs vies à travers leurs conversations ou lorsque des problèmes plus graves émergent et que mon accompagnement pédagogique est impacté.
Le déclic s’est fait en écoutant des podcasts qui parlent de l’intime, du politique et de ceux qui vivent dans l’ombre des préjugés et des tabous. Les oubliés, les dénigrés, ceux qui font peur, qui disent la douleur et la fierté.
Je me suis dit que pour ma part, j’avais envie de donner la parole à ces jeunes qui ne sont personne. Qui n’intéressent à priori ni le gouvernement, ni les sociologues. Ceux qui représentent “la future classe moyenne” et à qui on ampute aujourd’hui la jeunesse, l’innocence, les identités. Ceux qui ne savent s’ils sont opprimés ou privilégiés, ceux qui sont finalement un peu les deux. 
J’ai  envie de découvrir qui ils sont et de leur donner la parole à travers un film. »

A propos de l’artiste

Artiste visuelle, Aurore Aulong utilise principalement la vidéo, la photographie et la performance afin d’explorer le thème de la mise à nu. Elle s’intéresse à la découverte de l’intime et du corps. Sa démarche artistique la mène souvent à transgresser ces mêmes média, elle s’interroge sur des formes de présentations hybrides, le donné à voir.
Elle place généralement le public dans une position équivoque, lui donne le rôle de voyeur, et cherche à questionner sa position, son regard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s