Résidence de Pax Matto

Novembre 2021 / La pianiste et le contrebassiste en résidence à Obro.

Le projet est simple : les compositions pour piano écrites par Laureen Parmentier et la contrebasse de Jonathan Joly vont se rencontrer pendant cette résidence dans le but de servir 3 textes :
un passage situé dans « le monde sans sommeil » par Stefan Sweig puis deux poèmes écrits par L. Parmentier : « seule, et le bateau » et « meute ».

Respectivement, ces textes parlent de la guerre dans nos vies (celle de 14/18, pas celle d’aujourd’hui), de la mère et enfin de la résilience. Chacun de ces textes sert l’œil capable de lecture transversale. Ils parlent des lisières, des forces issues des contraintes, et des apaisements possibles, souhaitables.

Les compositions formeront l’écrin où les textes se déposeront. La lenteur y sera conviée.

A l’issue de cette résidence, un opus intitulé « Musique cherche Film» sera enregistré.
Le but étant de donner illustration de ce que Pax Matto pourrait produire pour un documentaire, un podcast, un spectacle dansé, etc.
Proposer pour collaborer/conjuguer cet endroit au pluriel, faire naître les collaborations du je, jeux, nous.

A propos des artistes

Laureen Parmentier

il faut deux appuis à Laureen Parmentier : la musique et l’écriture. Ces deux disciplines sont main gauche et main droite, l’une pour avec dans l’autre.
Laureen Parmentier est discrète mais fournie : elle a par exemple composé une trentaine de thèmes pour piano, a rempli beaucoup de carnets de proses et de poésies depuis 20 ans. Elle commence à montrer son travail, à collaborer. Doucement mais sûrement.

Son projet Pax Matto a pour ambition de devenir une musique de complicité artistique : musique pour un documentaire, une radio, une chorégraphie. Musique liant d’autres musiciens qui se relient à d’autres artistes. Consteller.
Elle est poly-instrumentiste et autodidacte ( guitare, batterie, piano) et chante aussi.
Elle a rénové des maisons et composer dans son appartement pendant 15 ans.
Peindre le jour, jouer la nuit. Aujourd’hui une grande quantité de matière mérite d’être exploitée. Musique sérielle, pop, down tempo. Elle souhaite désormais se concentrer sur son propre édifice artistique. Elle enregistre actuellement son premier EP « multiple de toi ».

Jonathan Joly

Contrebassiste/bassiste d’abord autodidacte, Jonathan Joly est passé par le conservatoire de Niort où il a étudié le Jazz auprès de Jean Jacques Elangué, puis à Poitiers où il a étudié la contrebasse classique. Il rencontre Samuel Numan qui l’initie aux musiques créoles des 2006, avant d’évoluer sur scène ou en studio vers les musiques improvisées, la chanson (« Coup d’marron ») le métal (« Klone ») et même le cirque. En 2015 il crée le duo voix-contrebasse « What a Day » qui sera l’occasion de se consacrer à une plus vaste exploration de son instrument, en plus du chant et de l’écriture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s