Résidence du collectif Projet Expérience Projet

Septembre 2021 / les deux danseuses et le musicien en résidence à Obro

Cette résidence bénéficie du dispositif sélectif de Résidences aidées.

A l’origine de ce projet, il y a d’abord un dispositif : une table sur laquelle on place un micro piezo-électrique – qui amplifie la matière – deux performeur.ses atablé.es relié.es à une musique par des écouteurs filaires, et un.e performeur.ses au traitement du son en temps réel. Puis, à travers celui-ci, il y a un objectif : retranscrire une musique pour l’instrument-table. C’est à partir de ce qu’impose ce dispositif que nous traduirons les spécificités de la musique en mouvements, sons pour table, mise en espace, qualités et types de contact avec la table. Ainsi, via ce dispositif, notre objectif est de donner naissance à une rencontre de la musique avec l’espace.
Pour mener cette recherche, nous nous focalisons sur la traduction du Boléro de Maurice Ravel. Cette musique est à l’image de notre entreprise: explorer et étudier les diverses possibilités et subtiles nuances que recèle un minimum de matière. Ceci s’inscrit dans notre démarche de “recycleurs”, celle de transformer l’existant.

La rencontre entre le dispositif et l’objectif donne naissance à des notions de transdisciplinarité, d’horizontalité et d’échange non-hiérarchique: on constate diverses relations de dépendances. En effet, le mouvement est le vecteur entre deux sons (le Boléro, et le son de la table); la qualité du son que l’on crée sur la table dépend autant du traitement de son amplification que de la qualité de nos mouvements; la qualité de nos mouvements dépend du Boléro; le Boléro n’existe au moment de la performance que par l’expérience que nous en ferons et retranscrirons. Tous les médiums sont nécessairement solidaires des autres médiums.

La confrontation Boléro-table nous met face à une impossibilité de traduction littérale, et nous donne des conditions favorables pour inventer des moyens de le faire apparaître dans le corps et l’espace: par exemple, il est impossible de jouer des notes sur une table.

A propos des artistes

Lisa Biscaro Balle / danseuse

Lisa Biscaro Balle s’est formée aux conservatoires d’Istres et Montpellier, au Centre James Carlès, puis au Centre de Développement Chorégraphique National de Toulouse. Tout au long de sa formation, elle a pratiqué danse contemporaine, classique et moderne, Yoga Iyengar et théâtre. Elle y a aussi étudié solfège, histoire et analyse de la musique et de la danse. En parallèle, elle pratique la danse et le chant de la culture du Samba. Depuis la fin de ses études en 2018, elle a dansé dans la pièce *Magh de Jean-Marc Matos; elle a été comédienne dans la pièce Pa.tri.ar.chy pour la metteuse en scène Céline Nogueira; et chanteuse au sein du groupe semi-professionnel Samba Résille.

Dans le cadre du développement de sa recherche et ses créations, elle a obtenu des bourses/résidences à Künstlerstadt Kalbe (1 mois, 2019) et à l’Akademie Schloss Solitude à Stuttgart (6 mois en 2020/2021).

Tom Goemare / musicien

Tom Goemare est percussionniste. Il a obtenu une licence d’interprétation à l’Institut Supérieur des Arts à Toulouse, et un Master de percussions à
la Hochschule fur Musik und Darstellende Kunst Stuttgart. Il poursuit actuellement un Master en musique contemporaine au sein de cette même université, ainsi que la formation au Certificat d’Aptitude au Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Spécialisé dans la musique contemporaine, Tom a deux préoccupations particulières : d’une part, donner de la visibilité à la musique contemporaine très récente, surtout celle des compositeurs de la jeune génération, et d’autre part, donner vie aux compositions créées pour des objets du quotidien.

Il a travaillé avec des compositeurs tels que Philippe Hurel, Francesco Filidei, Bernhard Lang et Jenny Walshe. Au sein de diverses formations de musique de chambre, entre autres l’Ensemble ULYSSES, il a joué au festival ManiFeste à l’IRCAM Paris, La Folle Journée de Nantes, Bebeetho- ven, et Podium Festival Esslingen.

Thaïs Weishaupt / danseuse

Thaïs Weishaupt se forme à la danse classique et contemporaine au conservatoire de Valence puis de Lille, tandis qu’elle poursuit ses études en Design d’Objet à l’ESAAT de Roubaix. À partir de 2016, elle se perfectionne pendant deux ans au Centre de Développement Chorégraphique National de Toulouse au sein de la formation d’interprète Extensions. Elle y rencontre notamment Louise Vanneste, Noé Soulier, Sofia Dias et Vitor Roriz, et Fanny de Chaillé. Depuis 2018, elle est interprète pour Mark Lorimer, Annabelle Chambon et Cédric Charron, et Audrey Gary. Parallèlement, elle se forme en cinétographie Laban au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, et assiste Audrey Gary et Delphine Mothes dans l’élaboration de projets participatifs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s